Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Nouvelles mesures restrictives: La lutte contre la Covid-19 ne saurait être un alibi pour prendre des mesures ne visant à empêcher toute contestation politique au Togo (DMK)

Publié le lundi 13 septembre 2021  |  aLome.com
Conférence
© aLome.com par Edem Gadegbeku & K. T.
Conférence de presse de la DMK livrant le contenu de son Mémorandum soumis au G5.
Lomé, le 14 mai 2021. Tokoin CESAL. Comme convenu lors de sa rencontre du 04 mai dernier avec le G5, la DMK a fait parvenir ce vendredi 14 mai 2021 son Mémorandum de sortie de crise au chef de la Délégation de l’Union Européenne au Togo. Dans ce document, ces opposants au régime de F. Gnassingbé plaident pour un dialogue politique sous l’égide des Nations Unies et de l’UE.
Comment



Depuis l'instauration de nouvelles mesures restrictives anti-Covid-19 le 09 septembre dernier par l'Etat, des critiques virulentes fusent d'une partie de la population. La DMK (Dynamique Mgr Kpodzro) a rajouté une couche politique à cette volée de bois vert en pointant du doigt un cafouillage étatique monstre dans la gestion de la pandémie au Togo.
"La lutte contre la Covid-19 ne saurait être un alibi pour prendre des mesures ne visant en réalité qu’à se maintenir au pouvoir, en empêchant toute contestation", dénonce la DMK dans un nouveau Communiqué.
Ci-dessous, l'intégralité de cette nouvelle sortie médiatique de la DMK.


"COMMUNIQUÉ DE PRESSE DE LA DYNAMIQUE MONSEIGNEUR KPODZRO (DMK)/Relatif aux mesures restrictives pour enrayer la pandémie de la Covid-19


La DMK suit avec une grande attention les derniers développements de l’actualité concernant la gestion de la crise sanitaire liée au Covid-19 dans notre pays ainsi que dans le reste du monde. Elle note dans un communiqué en date du 9 septembre 2021 que le gouvernement entend appliquer des mesures restrictives pour enrayer la pandémie du Covid-19 de notre pays.
Les manifestations culturelles, sportives et politiques ; les ateliers et des réunions physiques ; les célébrations de mariages civils, religieux et traditionnels ; les funérailles, sont interdits. Les usagers de l’administration n’ayant pas leur pass sanitaire de vaccination anti-Covid-19 ne peuvent plus accéder aux bâtiments administratifs. Les lieux de culte, les grands bars et des discothèques et boîtes de nuit sont fermés. Tout contrevenant à ces mesures s’expose à des sanctions conformément aux lois et règlements en vigueur.

La DMK s’interroge sur le bien-fondé de cette avalanche de mesures et s’inquiète de leur portée et impact sur la vie des populations déjà durement éprouvées par la crise du Covid-19.

La DMK se demande comment peut-on décider d’une énième fermeture des lieux de cultes où les responsables appliquent généralement les directives de prévention de la contagion du Covid-19, et au même moment annoncer paradoxalement la rentrée scolaire de centaines de milliers d’élèves et de leurs enseignants dans des classes surpeuplées où l’observance de la prévention est folklorique à cause des moyens limités dont disposent les directeurs d’écoles ? Pourquoi s’attaque-t-on à la foi des Togolais ?

La DMK se demande comment peut-on du jour au lendemain prétendre obliger les usagers de l’administration, autrement des millions de Togolais en quête de légalisation de pièces, de leur pension de retraite, d’actes de naissance, de certificats de nationalité, etc., à se faire vacciner avant de pénétrer dans un bâtiment administratif, quand on sait que notre pays n’est pas producteur de vaccins et ne dispose que d’un stock limité qui serait insuffisant pour servir tous ceux qui répondraient à l’injonction de se faire vacciner?

Non, les mesures prises ne sont pas adéquates au regard des enjeux liés à la crise du Covid-19. Bien au contraire, elles révèlent une certaine incohérence, un cafouillage et un mépris pour les populations. Les Togolais ont besoin d’être informés, d’être persuadés, d’être respectés et d’être accompagnés pour collectivement vaincre la menace que constitue le Covid-19.

Pour la DMK, rien ne sert de menacer et de terroriser les Togolais, pire, de les toucher dans ce qu’ils ont de plus profond, c’est-à-dire leur foi et leur libre choix de se faire vacciner.

Non, la lutte contre le Covid-19 ne saurait être un alibi pour prendre des mesures ne visant en réalité qu’à se maintenir au pouvoir en empêchant toute contestation.

Fait à Lomé le 12 septembre 2021.

Pour la Conférence des Présidents

La Coordinatrice Générale

Kafui ADJAMAGBO-JOHNSON"
Commentaires